dapf 仏検

apef アペフ

  • サイトマップ

2011年度表彰式・合格者代表スピーチ

2012年4月26日

ゴールデンウィークを前に、1次試験に向かって準備に本腰を入れておられる方も多いのではないでしょうか。仏検事務局ではようやく立ち上がった新しいホームページの充実に少しずつですが努めております。

さて、そんな中、先日ご報告しました2011年度仏検成績優秀者表彰式において、1級合格・文部科学大臣奨励賞受賞者として、合格者代表のスピーチをしてくださった藤原麻衣さんが、当日のスピーチの原稿をお寄せくださいました。藤原さん、どうもありがとうございました!

原稿からは、当日の笑顔や身振りを交えた素晴らしいお話ぶりが思い出されます。豊富な海外経験をお持ちでありながらも、1級合格までの道のりは決してたやすいものではなかった、というエピソードは、試験に向けて準備中の方々にも力を与えてくれそうです。フランス語の勉強を兼ねて、皆さまどうぞご一読ください!

合格者代表の言葉 Discours de lauréat 

2011年度春季1級合格・文部科学大臣奨励賞・GHT-Group Hi Tech賞授賞
藤原 麻衣 (コニカミノルタビジネステクノロジーズ株式会社)
 

Bonjour Mesdames et Messieurs. 

Je voudrais tout d’abord vous remercier pour l’occasion qui m’est offerte de pouvoir m’adresser à vous, ici aujourd’hui. Je suis à la fois très heureuse et honorée d’avoir été sélectionnée parmi de nombreux candidats.

Permettez-moi de me présenter et de vous exposer le contexte de ma relation avec la langue française, en vous contant mon expérience. Je m’appelle Mai Fujiwara, j’ai passé une partie de mon enfance à Paris de l’âge de 8 ans à 14 ans, soit 6 années. Après avoir fréquenté le lycée international en Italie, j’ai choisi de faire mes études supérieures à Rouen, à l’école de commerce international.

J’avais 8 ans lorsque j’ai visité la France pour la première fois, c’était dans le cadre du travail de mon père. A l’époque je ne parlais pas un seul mot de français et je suis rentrée à l’école primaire japonaise qui se trouvait en banlieue parisienne où j’ai suivi l’éducation japonaise, tout en étant en France.

Le changement est venu au bout d’un an, lorsque mon petit frère est entré à l’école primaire. Contrairement à moi, il était dans une école publique depuis le début de notre séjour. Il me racontait ce qui se passait à l’école tous les jours : la cantine, les visites chez ses petits camarades dans le voisinage, etc. En un mot, j’étais jalouse. Jalouse du fait qu’il avait des amis, jalouse du fait qu’il ne mettait que très peu de temps pour aller à l’école et surtout que son français s’améliorait un peu plus chaque jour.

J’ai donc demandé à mes parents de changer d’école et j’ai rejoint la même école que lui, en octobre, lorsque j’avais 9 ans. Au début, j’étais dans une classe étrangère pour apprendre le français uniquement afin d’être capable de suivre les cours. Heureusement pour moi, dans cette école, mon frère et moi étions les seuls japonais ce qui m’a permis d’apprendre vite, également. J’ai réussi à intégrer une classe normale au bout de 3 mois après la rentrée. Ce n’était pas facile de suivre les cours ; je me souviens que mes notes de classe étaient pitoyables excepté celles concernant les mathématiques.

Au fil des 4 années passées en Italie, j’ai senti que je perdais l’usage de la langue française, ce qui m’a poussé à retourner en France pour mes études supérieures. Mes 4 ans en école de commerce m’ont non seulement permis de reprendre et d’améliorer mon français, mais aussi m’ont donné envie de faire ma carrière en France après un stage en entreprise.

A présent, je travaille dans une compagnie japonaise qui a des filiales à l’étranger, dont la France. Je suis certaine que ma connaissance des langues me sera très utile et que j’aurais l’opportunité de travailler là-bas, dans un futur, que j’espère très proche.

En ce qui concerne cet examen  du niveau supérieur 1 kyu de DAPF-Futsuken, ce n’était pas du tout facile à passer. Mon premier essai a été quand j’ai quitté la France, à l’âge de 15 ans. Mon amie a réussi, moi, j’ai échoué. La deuxième fois, c’était quand j’ai commencé ma carrière au Japon, j’avais 23 ans ; cette fois j’ai échoué à 6 points près. Je n’étais pas contente de moi. J’étais convaincue que plus le temps s’écoulait après le retour, plus il serait difficile de réussir. Donc, j’ai décidé de le tenter une troisième fois, l’année suivante. Nous avons coutume de dire au Japon « la troisième fois est toujours la bonne », mais également « jamais deux sans trois ». J’avais très peur de mon résultat, mais quand j’ai su que j’avais réussi, et en plus que me soit offert le Prix du Ministre de l’Education, de la Science et de la Technologie, j’étais très contente, et très fière de moi.

Je tiens encore à vous remercier de m’avoir sélectionnée aujourd’hui et je voudrais aussi profiter de cette occasion pour remercier mes parents qui sont présents pour m’avoir permis de connaître ce pays et cette langue, que je trouve très complexe mais adorable à la fois.

Je vous remercie de votre attention !